Accueil

 

Michel CATALA, Professeur d'histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur d'Alliance Europa), et Stanislas JEANNESSON, Professeur d'histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), organisent un colloque international sur le thème :

Le système international à l'épreuve des guerres civiles

au XXe siècle

Les problématiques porteront sur la prise en compte des guerres civiles par le système international et la manière dont il les gère, mais aussi sur le processus qui conduit ces types de conflits, de plus en plus nombreux et de plus en plus médiatisés, à faire évoluer le système, voire à le remettre en cause en ses fondements mêmes (cf. la tension entre souveraineté et ingérence). La réflexion s'inscrira autour de trois axes :

  • l’internationalisation des guerres civiles, ou comment ces dernières acquièrent une dimension internationale, qui revêt plusieurs aspects : extension des enjeux à l’échelle régionale ou mondiale, intervention d’acteurs extérieurs étatiques ou non-étatiques, insertion du conflit – ou non – dans un cadre international structurel et juridique. On pourra aussi s’interroger, a contrario, sur ce qui explique que certaines guerres civiles échouent à acquérir toute dimension internationale. La question de l’intervention d’acteurs internationaux dans les sorties de guerres civiles fera aussi l’objet d’une attention particulière. C’est très certainement cet axe qui donnera lieu au nombre de communications le plus important.
  • les questions d’ordre diplomatique, qui là aussi pourront être déclinées en plusieurs volets : problème de la reconnaissance de l’une ou l’autre des parties en guerre, interventions d’un tiers dans le cadre de tentatives de conciliation, médiation et bons offices, adaptation des pratiques diplomatiques et consulaires aux situations de guerre civile.
  • la question de l’accueil et de la protection des réfugiés, qu’on peut, entre autres, envisager sous les angles juridique (conventions, organismes internationaux), humanitaire (action des ONG et des acteurs privés) et médiatique (rôle des émotions internationales et transnationales). Encore une fois, il ne s’agit pas de traiter ces questions pour elles-mêmes mais d’interroger leurs effets sur les évolutions du système international.

Pour aller plus loin :

Personnes connectées : 1